Actualités :

Web Marketing

Vous avez actuellement un site Internet mais votre nombre de visites ne décolle pas ? Avoir un bel outil, mais peu consulté peut être frustrant. Heureusement, chez BOITE@MEDIA, agence SEO à Orléans, nous sommes en mesure de vous proposer une solution à ce problème ! En effet, le référencement naturel est très souvent la solution clé d’une belle visibilité sur le web.

Agence SEO Orléans : l’audit

Située en centre-ville d’Orléans, BOITE@MEDIA est, entre autres compétences, une agence SEO spécialisée dans le référencement naturel. Que vous ayez déjà des notions en SEO ou non, nous vous accompagnons selon votre besoin. Quoi qu’il en soit, nous commençons toujours par réaliser un audit SEO à partir d’une liste de mots-clés relatifs à votre activité, fournie par vos soins, que nous enrichissons. Cette étape préalable d’audit SEO est la base de tout travail en référencement naturel et permet de faire un état des lieux essentiel à l’efficacité de toute action en SEO.

Agence web Orléans : l'audit

Agence SEO Orléans : les conseils

Une fois l’étape initiale d’audit SEO réalisée, nous sommes en mesure de savoir ce qu’il est possible de faire et dans quelle direction orienter le SEO de votre site Internet. C’est à ce moment là que notre expertise d’agence SEO entre en jeu. Nous vous fournissons un rapport d’audit contenant les résultats de ce travail préalable à toute optimisation SEO efficace et nous vous conseillons également sur les actions à réaliser par la suite. Que vous choisissiez de le faire par vous-même ou que vous souhaitiez que nous le fassions pour vous, ces conseils vous seront utiles.

Agence web Orléans : l'optimisation

Agence SEO Orléans : l’optimisation

Arrive ensuite la phase d’action sur votre site Internet avec l’optimisation SEO à proprement parlé. Cette intervention spécifique nécessite une maîtrise des techniques SEO, que nous connaissons bien en tant qu’agence spécialisée. Notre expertise en matière de référencement naturel nous permet d’atteindre vos objectifs en terme de visibilité web. L’optimisation SEO est un point clé d’une stratégie digitale maîtrisée et même la base d’une communication web efficace.

Agence web Orléans : le suivi

Agence SEO Orléans : le suivi

Le travail d’une agence SEO ne s’arrête pas à la phase d’optimisation. Une fois cette étape réalisée, nous assurons un suivi SEO spécifique, permettant de mesurer les résultats de notre action. Nous suivons régulièrement (de façon mensuelle ou trimestrielle) le positionnement de votre site Internet sur les mots-clés travaillés en SEO. Si l’évolution de ce positionnement n’est pas significative, nous en analysons les raisons et vous proposons des solutions complémentaires à mettre en place. Nous surveillons également les statistiques de votre site Internet (si nous avons accès un outil de suivi statistiques) pour mesurer l’impact du travail SEO sur son trafic.

Agence web Orléans : contactez BOITE@MEDIA

Agence SEO Orléans : contactez BOITE@MEDIA

Vous êtes convaincu de la nécessité de l’optimisation SEO de votre site Internet ? Vous avez besoin de l’expertise d’une agence SEO travaillant en toute transparence avec vous ?
Prenons contact ! Nous nous ferons un plaisir d’étudier avec vous vos besoins, afin de vous proposer un plan d’action SEO adapté.

Un nom dans l’air du temps qui surfe sur la vague de l’innovant. À Orléans comme partout ailleurs, les agences digitales ont le vent en poupe avec le développement du numérique et l’extension du web.

© Unsplash

L’agence digitale ?

Si le terme d’agence digitale s’affiche copieusement sur nos écrans et s’entend régulièrement dans le milieu professionnel, il y a fort à parier qu’il n’en reste pas moins accolé d’une vague définition dans votre esprit. Vous savez que c’est le web et que cela se passe derrière les écrans. Pourtant, quand il s’agit de savoir concrètement ce qui compose l’activité d’une agence digitale, les sourcils se lèvent et s’en suit cette moue mi-énigmatique-mi-comique :

 

 

Fort heureusement, BOITE@MEDIA, agence digitale localisée sur Orléans, s’est donnée la tâche de vous éclairer.

Le terme digital d’abord se réfère aux doigts, puis par extension, au numérique (si vous cherchez le lien entre les deux, pensez à un enfant qui apprend à compter). Le digital comprend les plateformes où les informations circulent sous codage informatique. Good bye le print, hello le web.

L’agence digitale : une spécialisation web

Si le digital est lié au web, le rôle d’une agence digitale sera donc de promouvoir des contenus par le biais d’internet, pour des entreprises en B2B ou B2C. Dans les deux cas, les moyens sont les mêmes : création de sites internet, adaptation de sites internet à tous types de supports, optimisation du contenu et du référencement sur les moteurs de recherche, animation des réseaux sociaux et promotion de la visibilité de l’entreprise, etc. Aussi, les agences digitales se distinguent d’autres agences de communication par leur expertise web et leur spécialisation technique.

© Unsplash

Une agence digitale basée sur Orléans

C’est ici qu’intervient BOITE@MEDIA, agence digitale située sur Orléans. Alors qu’être présent sur internet est un enjeu primordial pour tous, notre agence digitale se charge de mettre au service des entreprises et commerces locaux (Orléans) ou nationaux, les outils pour accroître leur visibilité. Notre équipe d’experts est à même de déterminer une stratégie digitale : de la création du site internet jusqu’à sa promotion sur les réseaux sociaux. Une façon de sortir du lot parmi toutes les agences digitales présentes sur Orléans : notre esprit d’équipe et notre panel de compétences variées !

Nous prenons part à diverses initiatives, conférences, formations, événements organisés par la ville d’Orléans ou ses alentours.

Une agence digitale qui fait œuvre d’innovation et de créativité

En effet, une agence digitale n’étant pas seulement une entreprise de production de supports, nous sommes également spécialisés en web marketing. Ceci nous permettant de vous apporter conseils et propositions pour impacter de façon innovante l’univers web dédié à votre secteur d’activité. De l’organisation de jeux concours à la rédaction d’articles, les idées fusent depuis Orléans et au-delà, pour mettre à profit nos compétences digitales.

Le digital est le nouvel outil marketing des marques et pour cause, il offre mille possibilités à ceux qui savent en exploiter tous les contours. Aussi, sachez que notre équipe se tient à votre disposition pour répondre à toutes vos questions. Nous vous accueillons dans notre agence digitale sur Orléans ou nous nous déplaçons selon vos besoins. Car, si notre espace convivial fait foisonner les idées, nous sommes également les premiers à quitter notre Créative Zone pour vous rencontrer, vous : les acteurs d’Orléans et d’ailleurs !

 Agence digitale – Orléans
La team BOITE@MEDIA

 

Acte d’achat, attentes client,
prospection : les bonnes infos de l’étude social selling

Si l’acte d’achat des clients B2B a énormément évolué au cours de ces dernières années, peu de rapports font office de référence en la matière.

Le Baromètre social selling, mené par Intuiti et La Poste, vient pallier cette absence et nous apporte statistiques et informations clés pour mieux comprendre les habitudes des cibles B2B sur les réseaux sociaux.

Qui et quoi sont dans une étude

Les données recueillies ont été classées par tailles d’entreprises et selon les secteurs d’activités des 383 décideurs ayant répondu à l’enquête. L’acte d’achat des professionnels est ainsi analysé selon leurs comportements sur les réseaux sociaux, l’usage qu’ils en font et surtout, leurs attentes.

On constate rapidement à la lecture du rapport que si la présence des professionnels sur les réseaux sociaux semble évidente, elle apparait plus comme une initiative personnelle, souvent marquée par l’absence d’accompagnement de la part de leur Direction.

Aussi, de nombreux professionnels issus de divers secteurs d’activité ont d’ores et déjà deviné l’enjeu d’une présence sur les réseaux sociaux sans pour autant savoir comment la développer et la rendre pertinente. Du manque d’impact des contenus à la faible considération des réseaux sociaux dans les démarches commerciales, le constat est vite fait : les marques veulent s’afficher et être visibles sur les plateformes sociales, sans stratégie et sans innovation. Pour le moment du moins.

Du contenu oui, mais pertinent que diable !

En effet, comme énoncé précédemment, un point important soulevé par l’étude est le rôle central du contenu. Si les réseaux sociaux ne sont pas une plateforme d’achat direct, ils exercent néanmoins un rôle influent dans la prise de décision. 55% des professionnels ont d’ailleurs déjà été influencés par un article ou par un post. Une statistique qui cache toutefois un autre chiffre : 62% des professionnels estiment que les marques n’apportent pas de contenus pertinents sur les réseaux sociaux.

« En produisant du contenu de qualité, les marques peuvent faire coup double : créer des ressources à disposition des commerciaux, se distinguer des concurrents avec des contenus de qualité »

Conclusion : les professionnels sont plus touchés par du contenu informatif, sur lequel ils peuvent s’appuyer pour exercer leur propre veille. Ce type de marketing (inbound) permet d’accroitre la notoriété d’une marque voire sa crédibilité, en lui conférant un statut d’expert dans un domaine précis (exemple : articles de blog, livres blancs ou webinars). Cependant, lorsqu’il s’agit d’inciter à l’achat, les contenus ne sont pas assez adaptés à l’ambiance générale des réseaux sociaux, plus propice à l’influence qu’à l’achat même. D’ailleurs, seuls 7% des personnes interrogées souhaitent voir du contenu publicitaire dans leur fil d’actualité.

 

 

Les réseaux sociaux, un espace convivial

Si l’on doit oublier la gestion de publicités basiques sur les plateformes sociales et pousser les contenus, il ne faut pourtant pas oublier l’enjeu de la prospection sur les réseaux. Ces derniers sont des espaces de convivialité. Qui dit espace convivial, dit prise de contact facilitée. 57% des professionnels affirment d’ailleurs avoir accepté des demandes de contact émises par des prestataires via les réseaux sociaux.

Une information qui nous incite à penser que les plateformes sociales sont le nouvel eldorado virtuel des commerciaux. Un champ libre, ouvert à la prospection, puisque seulement 28% des professionnels utilisent les réseaux sociaux pour la prospection commerciale et 27% y sont pour découvrir de potentiels fournisseurs et partenaires. Un eldorado encore peu habité en somme, mais qui devrait voir arriver de nombreux acteurs commerciaux dans les années à venir, comme le pointe Myriam Nessali, Directrice Lab Innovation La Poste Solutions Business, en fin d’analyse : au-delà de l’aspect novateur qu’offrent les réseaux sociaux, le social selling est aussi une approche différente du marketing qui fait oublier les « méthodes traditionnelles de chasse pour partir à la conquête de ses clients ou pour les fidéliser en les amenant à soi« .

Au contraire, le social selling permet de donner aux clients sans attendre de recevoir et de leur offrir plus qu’une simple solution : expertise, source de veille, etc. L’interaction est ainsi bonifiée sur les réseaux sociaux, faisant du social selling un phénomène dont on ne peut déjà plus se passer et qui tend à s’accroître au fil des années.

Autant dire que l’enjeu de la présence des marques sur les réseaux sociaux devrait rapidement s’inverser. Si 63% des personnes souhaitent promouvoir leurs entreprises par ce biais, la tendance à prospecter devrait augmenter d’ici 2020.

Ainsi, si le baromètre social selling nous offre un aperçu détaillé des habitudes des entreprises sur les réseaux sociaux (contenu que vous pouvez retrouver en intégralité dans le rapport), il amène également une nouvelle vision de ces espaces. Une vision innovante marquée par l’aspect numérique des plateformes et par l’impératif de penser autrement. Out les méthodes publicitaires des années 2010, place au social selling.

 

Retrouvez le rapport dans son intégralité : Barometre social selling 2018

 

Ils ont le sourire satisfait et le dos courbé au-dessus de la table. Leur assiette brille sous le contraste lumineux-mais-pas-trop du filtre Instagram. Du bout de leur écran tactile, ils exposent à leur communauté le plat qu’ils s’apprêtent à manger.

Ce sont les influenceurs, les clients des temps modernes. Parfois c’est vous, parfois c’est moi : le client lambda, à qui est conféré pour un instant le statut de « vitrine d’établissement ». Celle qu’il est impératif de faire briller, même si d’ordinaire, vous n’avez fichtre rien à faire des traces de doigts sur le verre.

© Unsplash

« La rumeur est le plus vieux média du monde »

Dans la famille secteur concurrentiel, je voudrais les bars et restaurants.
Bonne pioche ! Si ces derniers comptaient auparavant sur le bouche à oreille, celui-ci aujourd’hui prend de nouveaux contours. Les réseaux sociaux vont peu à peu devenir votre terrain de jeu privilégié.

Être là où on vous attend

On retient en premier lieu, sans grande surprise, l’importance de satisfaire le client. Mais cette idée-là vous est déjà familière, n’est-ce pas ? Nous ne sommes d’ailleurs pas là pour parler service client. Toutefois, il est bon de rappeler qu’en dépit de votre bonne volonté, la subjectivité est somme toute imprévisible et, si votre crème d’époisses semble exquise à Michel, elle peut l’être un peu moins pour Victor. Aussi, il est préférable de garder en tête qu’un avis négatif peut rapidement voir le jour. Et si ceci ne peut être anticipé, une solution est possible : être présent et répondre à chaque intervention, positive ou non. Par le simple fait de répondre, vous montrez à vos clients que vous vous souciez de leur satisfaction.

Un exemple de mauvaise communication : Monsieur mouche. Le bar souffre d’un bad buzz et fait l’objet de nombreuses critiques négatives. L’absence de réponse aux différents avis souligne ces derniers qui précisent par ailleurs le peu de considération du gérant pour ses clients. Comme on dit, qui ne dit mot consent et c’est dommage.

Votre présence sur les différents réseaux sociaux vous permet également de mesurer votre e-réputation et d’exercer une veille. Celle-ci peut être un excellent moyen d’amélioration : sous la proposition de plusieurs internautes qui se plaignaient de ne pas avoir de brunch près de chez eux, un restaurant de campagne s’est mis à le proposer le dimanche. Résultats : des clients ravis, une carte renouvelée, un restaurant qui sent le frais. On est content.

Communiquer

Réseaux sociaux, source d’amélioration donc ? Oui, mais pas que ! Ils sont également un prisme par lequel s’exprimera votre communication. Des photos alléchantes ou originales sur Instagram, des menus ou événements sur Facebook…votre créativité ne doit pas connaitre de limites. Exemples :

Un contenu original 

Une mise en avant de vos plats

Leur préparation

© Unsplash

Les réseaux sociaux vous offrent ainsi un support où votre univers s’incarne et offre un terrain d’interaction à votre communauté. Celle que vous avez déjà, constituée d’habitués et puis les petits nouveaux, ceux qui sous l’effet de la rumeur et de vos plats alléchants vont s’intéresser à votre activité.

Si les réseaux sociaux sont devenus le bouche à oreille du XXIème siècle, Google est devenu le nouveau bottin.

Et quelle meilleure façon que d’être référencé sur Google par le biais d’un site Internet ?

Être présent

Dans un monde où l’instantané est roi, le site internet est un impératif. Surtout quand on sait que 8 personnes sur 10 vont sur Internet pour trouver un restaurant.

Il vous permet à la fois de gérer votre établissement (réservations), de lui créer un univers et surtout, d’informer vos clients à toute heure du jour ou de la nuit. Mieux qu’une carte ou un flyer, votre site internet est accessible H24. Le client veut connaitre vos horaires d’ouverture ? Votre menu ? Il obtient ces informations immédiatement.

Bref, les raisons de vous tourner vers le digital ne manquent pas. Afin d’être le plus pertinent possible, il est important d’établir une stratégie. Sur quel réseau vous devez être présent, quel contenu y poster, quelle charte graphique adopter pour son site Internet, etc. Autant de questions auxquelles nous serions heureux de vous aider à trouver les réponses.

Le 25 mai 2018, le règlement général sur la protection des données personnelles des citoyens européens (RGPD) entrera en vigueur.

Nouveau texte de référence en matière de protection des données personnelles en Europe, le RGPD poursuit des objectifs divers. Parmi eux : assurer une meilleure protection des données des citoyens européens et harmoniser la législation européenne.

Ce règlement, voté en 2016, a été pensé en tenant compte du développement des technologies d’aujourd’hui. Il ne s’agit en effet que d’une évolution de la directive européenne décidée en 1995. Si celle-ci prévoyait une harmonisation des lois sur la circulation des données à l’intérieur de l’Union Européenne, son application restait pourtant divergente à l’intérieur des États. Aussi, le RGPD viendra apporter un socle législatif européen plus solide, en créant un cadre homogène et renforcé en matière de protection des données personnelles.

Son application permettra ainsi de renforcer les droits des individus en consolidant les obligations d’information de la part de l’entreprise vis-à-vis de l’internaute. Auparavant, les données personnelles dites « sensibles » – c’est-à-dire l’âge, la religion, le genre, etc.- pouvaient être récoltées de façon ambiguë : sans consentement explicite de la part de l’internaute. Désormais, les entreprises devront collecter leurs informations de façon consentie. Elles devront également se concentrer sur les données dites non-sensibles : celles concédées sous pseudonyme, par exemple.

Dorénavant, les acteurs du numérique, du digital, de la publicité et tous les autres maillons de cette chaîne auront une plus grande responsabilité dans la collecte d’informations. Chaque entreprise devra par ailleurs se doter d’une politique de protection des données globale, sous peine de se soumettre à une sanction avoisinant les 20 millions euros d’amende ou jusqu’à 4% du chiffre d’affaire pour les plus grandes entreprises.

Enfin, un pan de ce règlement concerne le « droit à l’oubli » qui admet à toute personne le droit à l’effacement de ses données à caractère personnel et donc la cessation de leur diffusion.

Du côté entreprise, si ces mesures semblent drastiques, elles imposent de cesser tout traitement à risque des données sensibles. Un service juridique spécialisé pourrait être mis en place dans les plus grandes entreprises. Des études d’impact sont également à envisager permettant de justifier de la non-ambiguïté de ce traitement, offrant dans un même temps une plus grande garantie de protection des données.

Enfin, le RGPD s’inscrit dans une démarche vertueuse et concurrentielle du traitement des données vis-à-vis des États-Unis et de la Chine qui imposent d’ores et déjà des critères stricts dans le traitement des données mais profitaient jusqu’alors de la faiblesse du dispositif législatif européen en matière de collecte de données.